Comme on fait son nid, on se couche!

nid

Comme on fait son nid, on se couche!

Et vous, comment faites-vous votre lit?

Comme le Coucou qui chasse les autres de leur nid, y compris les œufs et bascule tout en bas, pour pondre et surtout ne pas s’astreindre à la corvée de les couver. Laisser aux propriétaires du nid, qui n’y ont vu que du feu, couvrir ces œufs qu’ils croient leurs,

 

Ou comme l’Accenteur mouchet, qui ressemble au moineau par sa forme, qui installe son nid dans une haie, vous voyez bien qu’il faut les conserver, et le construit avec des brindilles, des feuilles et des racines, et l’agrémente, pour le rendre douillet, de laine, de poils et de plumes,

 

Ou encore comme l’Autour des palombes qui, en rapace coriace qu’il est, avec un besoin de dominer pour voir les proies sur lesquelles il pourra se laisser planer en douceur pour les attraper, construit son nid au sommet des arbres, dans des branches solides, avec de simples brindilles entremêlées histoire de rendre son couchage aussi inconfortable que possible et pousser sa progéniture à voler de ses propres ailes,

 

Ou bien le Bouvreuil pivoine, qu’un œil peu exercé confond avec le chardonneret, qui bâtit son nid à 1ml 50 de haut, dans un arbre ou un buisson à la manière de l’Accenteur mouchet, avec des brindilles, de la mousse et du lichen qu’il garnit de poils, de crins et de racines en lui donnant la forme d’une coupe volumineuse.

 

Et qui fait le nid? dans la majorité des cas la femelle. Cela ne vous rappelle rien? qui fait le lit des enfants et le votre?

La Chouette hulotte ne prend pas autant de soins. Elle se contente de poser ses œufs dans le trou d’un vieil arbre en espérant qu’un oiseau a laissé le sien et s’assure qu’il ne sert plus, ou sur le sol mais c’est un peu risqué.

 

La Fauvette à tête noire, à peine arrivée de sa migration, cherche un buisson touffu pour y construire un nid léger fait de simples brins d’herbe tressés et de toiles d’araignées pour toute fixation. Comme il faut bien montrer que l’on est arrivé et prendre possession de son petit territoire, le mâle chante toute la journée, pratiquement sans interruption ce qui doit suffire à décourager bien des imprudents.

 

Le Geai des chênes recherche des arbres en forêts ou dans les parcs ou dans des bocages à l’abri des intrus…….

 

La Grive musicienne est non seulement une chanteuse talentueuse mais nous ferions bien de l’imiter pour construire notre couchage: bien dissimulé dans un arbrisseau ombragé, c’est encore une fois la femelle qui construit son nid en coupe nette avec des brindilles, des brins d’herbe, des racines, de la mousse, des feuilles mortes, du lichen et tapisse l’intérieur de boue et de morceaux de bois en décomposition.

 

Seuls les alpinistes imitent la façon totalement rustique du Grand-duc d’Europe qui non seulement ne construit pas de nid mais se contente d’une cavité dans le flanc d’une falaise. Une vie à la dure!

La façon de faire de l’Hypolaïs polyglotte va vous réconcilier avec le confort le plus doux: bien caché dans un buisson ou carrément dans les ronces pour dissuader tout prédateur, le nid va être construit à quelques mètres de hauteur, à l’endroit le plus touffu du lieu choisi, un peu à la manière du Marsupilami en forme de coupe bien creuse assemblé avec des courtes tiges, des brins d’herbe. Une fois garni de toiles d’araignées et de crin, la femelle peut alors déposer ses œufs.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *