Quel animal est le plus heureux dans la nature?

chat

Rat des villes ou rat des champs?

Cela ne vous rappelle rien?

Si, si, une fable de La-Fontaine.

Qu’ils soient des villes ou des champs les oiseaux, les rongeurs, les reptiles ont tous le même besoin: se loger quelque part où il ne seront pas dérangés, et si c’est plus tôt une chose relativement aisée pour ceux qui vivent en forêt, c’est beaucoup moins évident pour ceux qui vivent en ville.

En fait, quand on analyse leurs situations, on trouve des similitudes avec les humains: le manque d’espace.

Certains trouvent des refuges sous les toits des maisons, dans les greniers quand ils peuvent y entrer mais les places sont chères et ceux qui ne réussissent pas à trouver un coin bien douillet doivent se débrouiller et c’est à ce moment là que surviennent des accidents.

Ils croient que les poteaux en inox qui supportent les panneaux de signalisations routières ou les fils électriques vont être un abri génial pour leur progéniture. Ils ont tous le même inconvénient: être lisses à l’intérieur, ce qui les piège une fois qu’ils s’y introduisent et les empêche de se retourner lorsqu’ils sont trop étroits, ou les font glisser jusqu’au fond vers une mort lente certaine.

En forêt, les mêmes animaux trouvent de l’espace à n’en plus finir, des arbres très larges où ils peuvent se retourner, accueillir une grande famille, être à l’abri du vent, de la pluie, des autres prédateurs surtout quand ils ont trouvés un vieux châtaignier.

Alors, que pouvons-nous faire pour les animaux des villes?

J’en entends d’ici qui se disent: il ferait mieux de s’occuper des sans abris, des personnes âgées, de celles qui ont faim.

Je ne vois pas ce que cela changerait pour nos petits animaux: imagineriez-vous une vie en ville sans souris, sans rats, sans araignées, et surtout sans oiseaux?

Ils nous procurent, ils vous procurent car pour ma part il y a longtemps que je préfère vivre là où les tempêtes sont belles à voir, la mer aussi belle quand elle est déchaînée que calme, ils vous procurent dis-je un spectacle gratuit et le rêve de faire comme eux, c’est à dire d’avoir la même liberté. Nous devons les aider à la conserver.

Chaque fois que vous détectez un trou qui peut leur être fatal comme les regards de compteurs d’eau, d’égouts, de vides sanitaires, les étais, les fosses diverses, les piscines ou abreuvoirs vides, les composteurs ouverts, enfin, toutes les cavités dans lesquels ils peuvent tomber sans espoir d’en sortir par leurs propres moyens.

Soulevez le couvercle lorsqu’il y en a un, regardez au fond de ses cavités pour voir si l’un d’eux est piégé: vous serez étonné du nombre de fois où vous allez découvrir un animal enfermé, mort ou que vous arriverez à sauver dans le meilleur des cas.

Et fermez hermétiquement, chaque fois que vous le pourrez, ces espaces pour qu’ils ne puissent à nouveau pas y tomber.
Et vous verrez que vous aurez la sensation de ne pas avoir perdu votre temps ce jour là.

Bruno Minier

Cet article vous a plu?

N’hésitez pas à laisser un petit commentaire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *